" Les premiers résultats sont tout de suite visibles "

Antoine Charbonnet

Chargé de développement au Comité départemental de badminton de l'Ain

Interview du chargé de développement au Comité départemental de l'Ain


Bonjour Antoine, pouvez-vous nous dire quelques mots de votre parcours ?

J’ai commencé le badminton il y a une vingtaine d’années. Puis, en tant que bénévole, j’ai pu encadrer des joueurs de mon club. J’ai choisi de me professionnaliser en passant mon DE. Depuis 7 ans, je suis salarié au Comité départemental de badminton de l’Ain, en charge du développement de la pratique sur le territoire et en support auprès des clubs.

Avant de vous inscrire à la formation LNF, vous aviez quelle vision de la Préparation Mentale ?

Une vision pas très précise ! C’était très peu abordé dans les différents clubs où j’étais enseignant, sauf dans les structures d’accès au haut niveau. J’avais quand même bien conscience que la Préparation Mentale était importante pour la performance. Pendant ma formation d’entraîneur, un préparateur mental était intervenu rapidement, mais sans outils concrets, je ne pouvais pas agir de façon efficace auprès de mes joueurs.

Qu’est-ce qui a déclenché votre inscription à la formation de LNF en Préparation Mentale ?

La communication de la Ligue sur la formation, en partenariat avec LNF, a été très parlante, le contenu avait l’air très précis et les outils comme la Fixation d’Objectifs ou la Concentration très concrets. Je pensais que ça serait utile de me former pour optimiser le travail que je fais auprès des clubs et des jeunes joueurs à potentiel du département. Ça me donnait une compétence supplémentaire en tant que chargé de développement.

Maintenant que vous avez suivi la formation LNF et êtes certifié en Préparation Mentale, pouvez-vous nous donner des exemples d’application auprès de joueurs de badminton ?

Pendant le confinement, j’ai pu appliquer différents outils avec les athlètes que j’encadre. Par exemple, j’ai utilisé l’Outil Fixation d’Objectifs. Certains sportifs disaient que leur objectif était « d’évoluer dans leur pratique », c’était trop vague. J’ai pu les recentrer sur des objectifs précis. Au final, les athlètes y ont trouvé un intérêt, leur projet sportif est réalisable et les objectifs sont adaptés, ni trop ambitieux, ni trop faciles à atteindre. Pour chacun, on a formalisé les choses et on les reprendra plus tard pour suivre leur avancement.

Dans les clubs de bad, il y a pas mal de turn-over. L’Outil Motivation permet de fidéliser les adhérents. Grâce à cet outil, on identifie les composantes de la motivation sur lesquelles il faut agir. Je l’ai utilisé pour un adulte de mon club, licencié depuis quelques années. Je ressentais chez lui une baisse de motivation qui s’est confirmée en utilisant le questionnaire motivationnel. Il avait le sentiment de stagner au niveau de ses compétences. Pour faire remonter sa motivation, nous avons établi un programme d’évolution technique, en planifiant davantage de séances encadrées et ciblées. Ce programme a répondu à ses attentes.

Avez-vous d’autres exemples d’outils pour traiter des problématiques spécifiques au badminton ?

Je peux vous parler de l’Outil Concentration. Sur un tournoi de badminton, différents matchs se font en même temps, il y a beaucoup de bruit dans le gymnase. Certains athlètes peuvent se laisser déconcentrer par ces éléments extérieurs et ils ont du mal à se focaliser sur leur match. Dès le plus jeune âge, c’est important de sensibiliser les joueurs à cette problématique, de leur donner des outils pour rester dans leur match. L’outil utilisé est facile d’accès et l’image du tunnel de concentration est très parlante.

J’ai un autre exemple avec un joueur de 15 ans qui avait des problèmes de stress pendant le match, lors de moments chauds comme quand on s’approche de la fin du set. Son comportement abaissait ses capacités et lui prenait de l’énergie, il se crispait, criait… Nous avons défini une routine qui lui permet de réduire ce stress et se focaliser sur le point suivant.

Si vous aviez suivi cette formation plus tôt, est-ce que cela aurait changé quelque chose ?

Oui, je pense, j’aurais eu plus d’outils à ma disposition, en plus du technico-tactique classique. En tant que joueur, j’aurais pu appréhender mes matchs de façon différente. En tant qu’entraîneur, j’essayais d’agir sur le mental, mais de façon moins convaincante que maintenant, avec tous les outils.

Selon vous, est-ce qu’un entraîneur devrait se former aux outils de la Préparation Mentale contenus dans la formation LNF ?

Oui, mais à mon avis, avant de se former à la Préparation Mentale, un entraîneur doit avoir quelques années d’expérience, bien connaître les aspects techniques et tactiques du jeu. Les outils de la Préparation Mentale lui permettront de traiter d’autres problématiques qui limitent les performances de ses joueurs.

Et pour un sportif, est-ce utile de se former d’après vous ?

Il est intéressant qu’un sportif ait connaissance de ces outils. Il va pouvoir les assimiler plus rapidement et le travail avec l’entraîneur sera d’autant plus efficace. Je pense cependant qu’un joueur qui vise le haut niveau devrait avoir accès à un préparateur mental pour l’accompagner. 

À votre avis, les outils de la Préparation Mentale sont réservés au haut niveau ou c’est pour tout le monde ?

Avant la formation, je pensais que c’était uniquement pour les athlètes qui visaient le haut niveau, mais au final je pense qu’il y a des outils comme l’Outil Motivation qui peuvent être tout à fait utiles pour tout type de joueur dans un club, même des joueurs en loisirs. Comme je l’ai dit précédemment, la fidélisation est primordiale dans le badminton actuellement.

Et cette formation à distance, en e-learning, comment s’est-elle passée ?

Le fait qu’elle soit à distance, ça m’a permis de gérer mon temps. Le début de la formation avec les Outils Motivation et Fixation d’Objectifs est très riche. Pour les autres outils, ça a été plus rapide, mais très intéressant aussi, il faudra que j’approfondisse l’Outil Imagerie Mentale. J’ai bien pris le temps de faire les exercices pratiques tout au long de la formation, cela m’a beaucoup aidé pour passer l’examen final de façon sereine.

Un dernier mot pour conclure à l’attention d’entraîneurs ou sportifs qui liront cette interview ?

En conclusion, je dirais aux entraîneurs de bad qu’en plus des solutions techniques ou tactiques qu’ils apportent à leurs joueurs, la formation donne des solutions complémentaires. J’ai commencé à percevoir l’efficacité des outils de la Préparation Mentale et j’espère pouvoir le confirmer lors des premières compétitions dans les prochains mois. Avec la formation LNF, on sait comment agir avec le joueur et les premiers résultats sont tout de suite visibles.

Merci Antoine pour votre témoignage, je vous souhaite encore beaucoup de réussite avec les outils de la Préparation Mentale !

Merci à vous et un grand merci à toute l’équipe LNF !


Vous aussi suivez la formation LNF, n°1 en Préparation Mentale en France

3.000 entraîneurs et sportifs ont déjà suivi cette formation en moins de trois ans en France.

La formation LNF est 100% à distance donc facile à suivre depuis n'importe quel endroit quand vous êtes disponible.

Elle est encore prise en charge pour quasiment tout le monde en 2021, sans demander l'autorisation de quiconque grâce à votre Compte Personnel de Formation (CPF).

La formation permet d'obtenir une Certification en Préparation Mentale reconnue par l'État (inscrite au registre spécifique de la CNCP).

N'attendez pas pour passer le cap de la Préparation Mentale C'est essentiel.

Prêt à vous mettre à niveau ? => Cliquez ici pour en savoir plus sur cette formation 

LNF © reproduction partielle ou totale interdite sans autorisation écrite